Père Bernard Feillet

Visite au Père Bernard Feillet : cliquez sur un lien pour lire l'article (pdf ou word) si vous le ne voyez pas ci-dessous.

Pere feillet pdfPere feillet pdf (787.53 Ko)

Pere feillet wordPere feillet word (7.67 Mo)

et pour écouter la chanson d'Alain Philippot interprétée par son auteur (les paroles sont dans l'article) :

Tatos les yeux fermes apTatos les yeux fermes ap (2.34 Mo)

 

                 Père Bernard FEILLET dit "Tatos"

 

Un joyeux groupe d'anciens du Lycée avait rendez-vous avec le Père Feillet, organisateur

d'inoubliables camps de ski (voir plus bas) et aumônier du Lycée de 1960 à 1967.

 

C'est grâce à Monsieur et Madame Maillac que ce poste a été créé, à une époque où les

lycées publics n'étaient guère concernés par l'enseignement religieux.

Bernard Feillet réussit à faire acheter ("une aumônerie vaut bien une travée d'église" disait

l'évêque de Paris), avec des fonds prêtés par des bénévoles, une maison tout près du Lycée

dont il fera son quartier général.

Aumonerie 1

 

 

 

 

Elèves sur le balcon de l'Aumônerie (1965) :

Alain Philippot,

Philippe Bonnefont

Sylvain Riot

(…)

 

 

 

 

Auparavant le Père avait été ordonné prêtre en 1958, à 26 ans, et nommé vicaire dans

la paroisse de Fresnes, sous le ministère du remarquable curé Popot, aumônier des prisons (*).

Nous retrouvons Bernard Feillet, l'oeil pétillant.

Dsc03672

 

 

Le Père prend connaissance des messages

que nous lui transmettons de la part de ceux

qui n'ont pu venir.

 

 

 

 

 

 

 

Il s'intéresse à nos différents parcours et commence alors le récit de sa vie et de ses convictions.

 

Issu du côté paternel d'orfèvres bretons (le poinçon "Feillet") et du côté maternel de miroitiers bordelais,

Bernard montre un net goût pour l'art : tableaux et sculptures d'amis ornent son appartement.

Dsc03678

 

Devant le miroir maternel,

Marie-Elise, le Père Feillet, Alain

et Jean-Marc.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Père Feillet est connu pour avoir officié, de 1969 à 1977, à la Chapelle St Bernard de la gare

Montparnasse où flottait un vent de liberté après Vatican II.

Il sera aussi - notamment - aumônier à la Sorbonne, chercheur au CNRS, éditeur (chez Desclée de

Brouwer) où il publie plusieurs livres (dont certains avec Marcel Légaut), rédacteur du mensuel

"Panorama", du "Monde des Religions", curé d'Arbonne puis de Recluses ...

Désormais à la retraite, c'est à Fontainebleau, où il s'était adonné à son amour de l’équitation , qu'il a

choisi de vivre. Bernard a même possédé un cheval, nommé Janséniste (ça ne s'invente pas!!!), "fait

pour lui" sur le conseil d'un palefrenier soûlographe (le Père ne mâche pas ses mots!) qui savait tout des

chevaux.

Ce palefrenier, au crépuscule de ses jours, confia à Bernard qu’un jour il détecta chez un poulain des

capacités hors normes. Il en fit cadeau à un ami. Ce dernier n’eut pas à le regretter, car ce poulain devint

effectivement un grand champion des hippodromes, assurant à son propriétaire une fortune

confortable. Et notre palefrenier, qu’une erreur administrative dans le chaos du retour d’Algérie, avait

déclaré décédé, ferma les yeux pour de bon, modestement.

 

C'est en chanson que nous prenons congé de notre hôte qui a un autre rendez-vous...

Dsc03699

 

 

Vincent, Marie-Elise, Jean-Marc, Alain et "Tatos".

Alain interprète une chanson créée pour l'occasion! (Paroles ci-dessous)

 

 

 

 

 

 

 

La satisfaction du Tatos d'avoir pu échanger avec nous est visible "revenez quand vous voulez", et grand

est notre émerveillement de découvrir chez lui bien d'autres facettes.

Nous connaissions le prêtre aumônier du Lycée et le skieur, nous découvrons :

L'homme d'action, rebelle et décidé

Le Philosophe écrivain

Le Chercheur de lumière

L'accoucheur d'idées

Le conteur

L’amoureux des arts

Le cavalier.

 

Les camps de ski à Münster (décrits par Alain)

"Dès l'ouverture de l'aumônerie, Bernard organisera et proposera un camp de Noël à Münster, à prix

modique, près de Brigue en Suisse.

Ce sera pour une quarantaine de lycéens l'occasion de découvrir chaque année la montagne, le ski, les

randonnées à peau de phoque et, pour les plus aguerris, le ski sur glacier ou la haute montagne avec ses

nuits inoubliables en refuge.

Nous logions dans la petite école du village. Après la veillée de saynètes, de chansons, et de

récits - Tatos s'y forgea un mémorable succès avec "Frida la blonde" - nous commencions dans le dortoir

frigo, nos rituelles batailles de grolles jusqu'à ce que Tatos descende mettre fin au chahut général. Mais

nous étions ainsi réchauffés et pouvions nous glisser dans nos duvets.

J'ai remercié Bernard pour ces séjours fondateurs au nom de tous ceux qui ont eu l'idée et la chance d'y

participer."

Munster aMunster b

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le groupe des "Médors" (Ivan Paul, Philippe Bonnefont et Alain Philippot) animait les soirées du chalet,

parmi les habitués Sylvain Riot et Jean-Marie Cardon. Photos d'Alain.

 

Et voici trois photos de Rémi Garein, dont celle du Père Feillet sur un remonnte-pente à Münster : 

 Le Père Feillet à ski. L'église

Münster sous la neige

(*)Jean POPOT

Devenu aumônier à Fresnes, l'abbé Jean Popot assista un très grand nombre de détenus politiques de tous âges, classes ou conditions, croyants ou incroyants, connus ou obscurs, véritables responsables ou simples instruments. Il en conduisit quatre-vingts au poteau.

 

Paroles de la chanson d'Alain :

 

MON LYCEE, MON TATOS

Les yeux fermés, je revois mon lycée

Quelques préfabriqués, alignés sur les prés

L’était originale, l’annexe de Lakanal

Filles et garçons s’apprenaient sans façons

 

Depuis ce temps

Sont passées les années

Et bien des choses ont changé

 

Qu’est devenu mon terrain de rugby

Vagu’ terrain vague, et chardons et orties

L’ passage à niveau qui faisait rêver

Pendant les longs cours mon esprit dissipé

 

Depuis ce temps

Sont passées les années

Sur le toit de notre lycée

 

Qu’est devenu le Tatos que j’aimais

Pas élu Pape, je crois que j’le saurais

Mais j’ai dans l’oreille nos chants et nos ris

Du ski à Munster et à l’Aumônerie

 

Depuis ce temps

J’ai gardé dans mon coeur

Pour ma vie toutes ces couleurs

 

Les yeux ouverts, je vois notre lycée

Où nos petits-enfants, reviv’t notre passé

C’est la vie éternelle, aux éternels retours

Filles et garçons, messagers de l’amour

 

Les yeux fermés, je revois mon lycée

Quelques préfabriqués, alignés sur les prés

Si le paradis / ressemble à ce décor

Je prie le Bon Dieu de m’y remettre encore

Alain PHILIPPOT 30 Juin 2014, pour les retrouvailles chez Tatos.

Ancien externe du Lycée d’Antony, Chanteur-Guitariste des Médors

(Musique: La maison que j’aimais –Hugues Aufray)

 

                    30 juin 2014

                   Messages pour le Père Feillet

 

Pouvez-vous lui adresser mon meilleur souvenir, ainsi que le remercier encore pour les camps de ski à Münster des noëls 1960 et 1961, où nous avons passé des vacances super avec les 6èmes et 5èmes de l'époque et bien d'autres choses encore.

Rémi GAREIN

 

Bonjour

J'aimerais que vous transmettiez toutes mes amitiés au Père Bernard Feuillet qui m'a "mariée" à Jean Marie église de St Rémy de Provence, en présence de nombreux anciens élèves (dont un certain nombre fréquentait assidument l'aumônerie et partait chaque année au ski avec le père Feuillet).

Très amicalement

Frédérique THOMAS

 

Visite au Père Feillet : Excellente idée!

Pour moi ça fait 1 peu court ms svp transmettez lui mon chaleureux souvenir. J'ai en mémoire l'image d'1 prêtre très ouvert à ttes les religions. Amitiés de Hollande.

Marc DOIZON (+Françoise)

 

Bonsoir,

Je suis toute étonnée que vous soyez entrés en contact avec le Père Feillet. Etonnement joyeux!

J'ai beaucoup de souvenirs d'une époque où beaucoup d'élèves assistaient à ses cours. En sixième, année de la Profession de Foi qu'on appelait encore Communion Solennelle, nous étions dans la très grande salle de permanence du rez-de-chaussée du lycée tant nous étions nombreux.

Je me souviens aussi que lorsqu'il arrivait dans la cour par l'allée qui montait, de très nombreux élèves se précipitaient pour le saluer.

Chaque fois, il me demandait des nouvelles de mes frères, Etienne et Jean-Michel, alors qu'ils s'appelaient Jean-Etienne et Michel!!! Mais il en avait des centaines de noms à retenir!!

Le souvenir le plus marquant reste cependant le jour où, après le concile Vatican II, il est arrivé en costume civil,

alors qu'on avait l'habitude de le voir en soutane. Nous ne l'avons pas reconnu tout de suite mais je revois encore la scène et sa cravate verte!

Je n'ai gardé que des bons souvenirs de cette époque, les cours et les sorties que nous faisions avec l'aumônerie...

J'ai toujours le livret des Actes des Apôtres que nous avons étudié en cinquième et les Evangiles reçus lors d'un pèlerinage à Chartres.

Un grand bonjour au Père Feillet!

Elisabeth Caire (Braud maintenant)

 

Bonjour.

Cette visite au père FEILLET est une excellente initiative à laquelle j'aurai été heureuse de m'associer, malheureusement je serai absente à cette date pour cause de départ en vacances et ne pourrai. me joindre à vous.

Transmettez au père FEILLET mes meilleurs sentiments.

Amitiés

Geneviève Reis

 

Marie-Thérèse Montvoisin-Cazeneuve voulait venir vous voir aussi mais travaille malheureusement ce lundi.

"Saluez le Père Feillet de ma part".

Elle a demandé vos coordonnées et vous joindra plus tard.

 

"Je me souviens bien du père Feuillet, je lui dois nos vacances aux sports d'hiver en Suisse même après

avoir quitté le lycée et la région, le Noël qui avait suivi la mort de mon père."

Catherine Bonnefont

 

                                             

 

 

 

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (3)

aaelda
  • 1. aaelda | 31/08/2014

Commentaires sur cet article mis en ligne sur Facebook (groupe Amicale des Anciens Elèves du Lycée Descartes d'Antony) :
MARC JEANPIERRE :
merci pour cette plongée dans des super souvenirs : les séjours d'hiver dans cette merveilleuse nature et ce beau village . Et puis tout le reste ... cet appel du Tatos à la méditation ou, la prière (?) pendant la remonté sur le fil neige . Ces super ballades vers les refuges et la découverte de ce pays bizarre où on vendait du chocolat blanc et...des cigarettes turques ! Et ! c'est vrai ! je me souviens aussi de ces batailles de "grolles" avant le coucher dans le dortoir du bas !
CLAUDE BOUZIER:
J'ai bien connu le père Bernard puisque je fréquentais l’aumônerie. J'en ai gardé un si bon souvenir, et son exemple spirituel est toujours présent et actif en moi. J'essaye toujours d'apporter une petite contribution dans la communauté paroissiale où je vis près de Bordeaux. Merci père, avec ma plus grande reconnaissance.

aaelda
  • 2. aaelda | 06/07/2014

"Je me souviendrai toujours de l'ouverture d'esprit de Bernard qui nous a tous beaucoup marqués je crois car il avait le talent de nous intéresser à des auteurs contemporains en portant un regard "critique" positif sur chacun d'eux; il m'a aidé à construire ma pensée mieux qu'aucun cours de philo ne l'a jamais fait, tout en sachant dire son regard original de chrétien d'avant garde!"
Message de Jean Garcette

sledz
  • 3. sledz | 06/07/2014

Pas trouvé une minute pour poster à temps un message d'amitié pour le père Feillet, c'est bête... Mais en découvrant le compte rendu de votre sympathique visite, je vois avec plaisir que notre aumônier n'a rien perdu de sa verve ni de son charisme !
Bien à vous,
Elisabeth

Vous devez être connecté pour poster un commentaire